VOTE | 205 fans

L' affaire du Dahlia Noir

Elizabeth Short a été dépeinte de nombreuses manières dans les soixante années qui ont suivi la découverte de son corps sectionné en deux sur un terrain vide de Los Angeles : manipulatrice, séductrice naïve, âme troublée. Mais l’image qui est retenue de tous reste celle d’une pin-up du Los Angeles Noir, le « Black Dahlia ». Sa vie et son meurtre fascinent toujours autant aujourd’hui. Son histoire a été reprise dans plus d’une douzaine de livres, sites internet,  jeux vidéo, films et séries télévisées. Cette fascination est d’autant plus forte, que son meurtre n’a toujours pas été résolu à ce jour…

Découvrez ci-dessous les détails de la vie d’Elizabeth Short, de son meurtre et le pourquoi de son surnom, « Black Dahlia ».

**********

Découverte Macabre

Au matin du 15 janvier 1947, une femme au foyer nommée Betty Bersinger, se promenant avec sa petite fille de 3 ans dans un quartier résidentiel de Los Angeles, découvre ce qu’elle pense d’abord être un mannequin de magasin cassé, abandonné sur un terrain vague. En se rapprochant, elle réalise qu’il s’agit en fait du corps sectionné d’une jeune femme, le bas du corps placé à 30 centimètres de son torse. Le corps semblait avoir été drainé de tout sang, et les intestins rangés soigneusement sous ses fesses. Bersinger mit sa main devant les yeux de sa fille et courut jusqu’à la maison la plus proche  pour appeler la police.

Deux détectives furent assignés à l’affaire, Harry Hansen et Finis Brown. En arrivant sur la scène du crime, au croisement de la 39ème et de Coliseum Street, ils découvrent une nuée de journalistes et de curieux autour du corps. Ils se mettent au travail après avoir ordonné à tout le monde de s’éloigner.

Ils déterminent que la victime a été tuée autre part puis trainée jusqu’au terrain vide, une partie du corps après l’autre. Il y avait de la rosée sous le corps, ce qui leur permet d’établir que le corps a été bougé après 2h du matin.

Le visage de la victime était horriblement amoché : le meurtrier avait utilisé un couteau pour ouvrir les deux côtés de sa bouche sur 7,6 cm. Des traces de corde sur ses poignets et chevilles indiquaient qu’elle avait été attachée, et très probablement torturée.

En mesurant les deux morceaux de corps, les détectives furent capable de déterminer sa taille, 1m70, et son poids, 52kg. Ses cheveux marrons avaient récemment été foncés, et ses ongles étaient rongés.

Avec ces seuls éléments, les détectives avaient maintenant pour tâche de trouver l’identité de la victime…

**********

L’Enquête

Dans les années 40, la police et la presse avaient une relation symbiotique. Les journalistes utilisaient les policiers pour obtenir des scoops, tandis que les policiers utilisaient les journalistes pour disséminer des informations au grand public dans l’espoir de résoudre des crimes.

Dans l’affaire du « Black Dahlia », les détectives donnèrent au Los Angeles Examiner les empreintes relevées sur la victime. Les journalistes envoyèrent ensuite des agrandissements de ces empreintes au quartier général du FBI, à Washington.

Les techniciens du FBI comparèrent ces empreintes aux 104 millions d’empreintes qu’ils avaient dans leur registre. C’est ainsi qu’ils identifièrent la victime : Elizabeth Short. Ses empreintes avaient été enregistrées lorsqu’elle avait travaillé dans le service du courrier d’une base de l’armée en Californie.

Quand les journalistes virent à quel point la victime était attrayante à ses 22 ans, grâce à la photo que le FBI leur avait envoyée, ils surent immédiatement que l’affaire ferait sensation.

Pour obtenir plus de détails, les journalistes de l’Examiner décidèrent de contacter la mère d’Elizabeth Short, Phoebe Short, sous un faux prétexte, celle-ci n’ayant pas encore eu vent du meurtre de sa fille. Les journalistes lui annoncèrent qu’Elizabeth avait remporté un concours de beauté et qu’ils avaient donc besoin d’un maximum d’informations sur la jeune femme pour écrire un article. Ce n’est qu’après avoir obtenu ce qu’ils recherchaient, qu’ils informèrent Mme Short du meurtre de sa fille…

Sexe, beauté, violence… l’affaire était juteuse et fit bientôt la une de tous les journaux à l’échelle nationale. « Police seek mad pervert in girl’s death » [« La police recherche un pervers fou pour la mort d’une fille »]. Voilà ce que l’on pouvait lire à la une du Washington Post.

**********

Bette Short, le “Black Dahlia”

Elizabeth Short était l’incarnation même de l’idéal féminine des années 40, avec son allure de pin-up. Elle avait teint ses cheveux noir, peint ses lèvres en rouge et portaient souvent des fleurs blanches dans ses cheveux. Avec sa peau diaphane et ses yeux bleu clairs, elle ressemblaient à une poupée de porcelaine.

L’origine de son surnom n’est pas établie avec certitude. Certains racontent que ses amis avaient commencé à la surnommer « Black Dahlia » de son vivant à cause de son amour pour la couleur noir et de ses fleurs blanches. D’autres le « Black Dahlia » est une référence au film noir culte « The Blue Dahlia » de 1946. Quel que soit son origine, la presse adopta immédiatement le surnom et fit d’Elizabeth Short une légende.

Elizabeth Short, surnommé « Bette » par ses proches, est née le 28 juillet 1924, dans le Massachusetts. Elle avait quatre sœurs. Pendant son enfance, la famille déménage à Medford, la ville où aurait été écrit la chanson « Jingle Bells ».

Son père, Cleo Short, y lança son entreprise de construction de terrains de mini-golf. Malgré des débuts prometteurs, la crise du marché de 1929 le force à déclarer faillite. Incapable de soutenir financièrement sa famille, il feint le suicide, abandonnant sa voiture sur un pont des alentours pour faire croire qu’il avait sauté dans la rivière. Quelques années plus tard, il reprit contact avec sa femme mais cette dernière ne voulait plus rien à voir avec lui. Après l’abandon de Cleo, la famille fut obligée d’emménager dans un petit appartement.

Elizabeth, étant née avec des problèmes respiratoires, à ses 16 ans, sa mère commença à l’envoyer passer l’hiver chez des amis de la famille, à Miami, où elle trouva du travail en tant que serveuse. A 19 ans, Elizabeth emménagea avec son père, à Vallejo, au nord de San Francisco, où elle obtint un poste à la Mare Island Naval Station. Selon sa sœur, Pacio, c’était dans l’espoir de devenir actrice, qu’Elizabeth avait emménagé en Californie, chez son père. Mais elle ne resta pas vivre longtemps avec lui, car ce dernier attendait d’elle qu’elle s’occupe de toutes les tâches ménagères de la maison, partagée avec des étrangers.

Elizabeth finit par trouver du travail dans un service de courrier du Camp Cooke, à 2h30 de Los Angeles. Là-bas, elle était entourée de soldats esseulés, sur le point d’être envoyés à la guerre. Elle y fut renommée « Camp Cutie » (« La Mignonne du Camp »). Mais son arrestation à Santa Barbara pour délit de boisson en âge mineur mit fin à ce chapitre de sa vie. Elle fut renvoyée chez elle, à Medford.

Dans les deux années qui suivirent, Elizabeth fut incapable de rester en place. Avide de nouvelles expériences, elle vécut à Medford, Chicago, en Floride, en Californie, puis fut de retour dans le Massachusetts, vivant de ses jobs de serveuse. Elle fréquentait les clubs de nuit, amoureuse de la musique, des hommes et de l’ambiance qui y régnaient. En décembre 1944, elle rencontra un jeune homme dont elle tomba éperdument amoureuse, Matt Gordon, un commandant des Flying Tigers. Ce dernier la demanda en mariage. Gordon fut envoyé en mission aux Philippines cet été-là. Elizabeth retourna vivre chez sa mère. Fin aout, alors qu’Elizabeth préparer les détails de son mariage, un messager de la Western Union s’arrêta devant sa porte et lui délivra une missive de la mère de son fiancé, lui annonçant que Gordon avait tué dans le crash de son avion lors de son retour des Indes. Elizabeth mit du temps à digérer la nouvelle, et lorsque l’hiver arriva, elle déménagea pour Miami.

A Miami, Elizabeth pensa ses blessures avec une ribambelle d’hommes. Seule une chose comptait, qu’ils aient de l’argent à dépenser. Elizabeth était consciente de la valeur de sa beauté. Elle en vivait : diners, chambres où passer la nuit, vêtements… Tout lui était offert. Certains disent qu’elle finit pas se prostituer, mais il n’y eut aucune preuve de cela.

Elizabeth avait un attrait particulier pour les hommes en uniforme. En juillet 1946, elle retourna en Californie pour se rapprocher de Joseph Gordon Fickling, un lieutenant de l’armée de l’air. Ils s’étaient rencontrés deux ans auparavant, juste avant qu’il ne soit envoyé en mission. La relation était pour le moins instable. Dans les lettres confisquées par la police et publiées dans les journaux après le meurtre d’Elizabeth, Flicking exprimé son impatience vis-à-vis du comportement séducteur de la jeune femme envers d’autres hommes, se demandant quelle place il tenait dans le cœur de la belle. Il finit par déménager en Caroline du Nord pour travailler en tant que pilote d’avion sur une ligne commerciale, mais ils restèrent en contact, et il continua de lui envoyer de l’argent, dont un transfert de 100 dollars le mois précédent sa mort. La dernière lettre qu’il reçut d’elle est datée du 8 janvier 1947, sept jours avant son meurtre. A l’intérieur, elle lui confiait qu’elle aller emménager à Chicago, dans l’espoir de devenir top model.

Les six derniers mois de sa vie furent difficiles. Elizabeth avait très peu d’argent et aucun travail. L’une de ses colocataires de cette époque, Linda Rohr, confia plus tard à la police qu’Elizabeth passait chaque nuit avec un homme différent, qu’elle rencontrait sur les grands boulevards d’Hollywood. Elizabeth n’avait alors aucun ami proche, préférant la compagnie d’étrangers.

La dernière personne l’ayant vue vivante est un vendeur de 25 ans, Robert Manley, surnommé « Red ». Selon les journalistes, Manley l’aurait récupérer au coin d’une rue de San Diego. Elle était seule, une belle femme sans destination apparente. Manley se serait approché d’elle, en voiture, et lui aurait proposé de la ramener chez elle. Ils passèrent la nuit dans un motel. Manley assura à un journaliste qu’ils n’avaient pas couché ensemble. Le jour suivant, le 9 janvier, il la conduisit à Los Angeles et la déposa à un arrêt de bus. Elle lui dit qu’elle comptait se rendre à Berkeley, chez sa sœur, qu’elle devait retrouver au Baltimore Hotel. Manley m’accompagna au lieu-dit et partit à 18h30 pour retrouver sa propre famille, à San Diego.

**********

L’Enquête

Au lendemain de la découverte macabre, 40 officiers de police quadrillèrent le voisinage, allant de maison en maison à la recherche de la moindre piste ou preuve. Mais rien de solide ne fut découvert.

Les enquêteurs retrouvèrent son père, Cleo Short, qui vivait alors à 5km du terrain vague où gisait le corps d’Elizabeth. Il leur dit qu’il n’avait pas eu de nouvelles de sa fille dans les trois dernières années. Il était apparemment toujours furieux qu’elle ait refuser de rester entretenir sa maison, en Californie. Il refusa d’identifier son corps.

Le médecin légiste détermina qu’Elizabeth était morte des suites d’une hémorragie interne massive après avoir reçu plusieurs coups à la tête. Selon le rapport du légiste, aucune trace de sperme ne fut retrouvée sur son corps. Ses dents étaient dans un très mauvais état, certaines présentaient des trous comblées avec de la cire.

Ils interrogèrent plus d’une vingtaine des anciens « petits-amis » d’Elizabeth, mais sans résultat. Après que l’histoire ait été reprise dans les journaux, une trentaine d’hommes se présentèrent à la police, prétendant avoir tué la jeune femme. La police perdit beaucoup de temps à prouver qu’ils étaient innocents, des hommes à la recherche d’un instant dans la lumière de la célébrité. Détective Hansen finit par poser l’hypothèse que la personne ayant tué Elizabeth Short n’était pas quelqu’un de son entourage, mais une rencontre de passage.

Des milliers de personnes furent alors interrogées, mais toujours sans succès. A un point de l’enquête, les enquêteurs étaient tellement persuadés que la bissection nette du corps d’Elizabeth était le travail d’un expert, ils persuadèrent l’Université de la Californie du Sud, située dans le même voisinage, de leur transférer une liste d’étudiants en médecine.

**********

La Semaine Manquante

Ce qui est arrivé entre le moment où Elizabeth a été vue en train de quitter l’hôtel Baltimore et le moment où son corps mutilé a été retrouvé reste un mystère.

Le 25 janvier, le sac en cuir noir d’Elizabeth et l’une de ses chaussures noires furent retrouvés dans une poubelle sur la 25ème rue, à plusieurs kilomètres de la scène du crime. Robert Manley identifia ces deux items. Il reconnut la chaussure, ayant payé pour que la semelle en soit remplacée à San Diego. Il dit également que le sac sentait le parfum porté par Elizabeth, dont il restait des traces dans l’air de sa voiture.

Quelqu’un, très probablement le tueur, envoya un paquet au Los Angeles Examiner neuf jours après la mort de la jeune femme. Les empreintes sur le paquet avaient été effacées avec de l’essence. A l’intérieur se trouvaient plusieurs possessions d’Elizabeth : des photographies, son certificat de naissance, sa carte de sécurité sociale, et la nécrologie de Matt Gordon qu’Elizabeth emportait partout avec elle. Le paquet contenait aussi une carnet d’adresses, dans lequel se trouvaient les noms de 75 hommes. La police prit contact avec chacun d’entre eux, mais tous avaient la même histoire à raconter : ils avaient rencontré Elizabeth dans la rue, ou dans un club, lui avaient offert un verre ou un diner, et ne l’avaient jamais revu après qu’elle leur ait dit clairement qu’elle ne comptait pas coucher avec eux.

**********

Les Suspects

Les enquêteurs ont refusé de spéculer sur l’identité du tueur. Mais il est fort probable que le tueur d’Elizabeth Short soit aujourd’hui décédé. Mais cela n’empêche pas les détectives amateurs de pointer certaines personnes du doigt, frisant parfois le ridicule. Ainsi, Mary Pacios est certaine que le tueur est Orson Welles, réalisateur de films, ayant, un jour, donné un spectacle de magie où il sciait une femme en deux. Dans son livre, "Daddy Was the Black Dahlia Killer," Janice Knowlton accuse son propre père de ce meurtre, dont elle aurait été témoin.

Voici une petite liste des suspects les plus sérieux pour ce meurtre.

Robert Manley

Manley est la dernière personne à avoir vu Elizabeth vivante. Il fut arrêté par la police comme suspect, mais un test polygraphe le blanchit. En 1954, sa femme le fit interner dans un hôpital psychiatrique après qu’il lui ait confié entendre des voix. Il mourut en 1986, 39 ans jours pour jours après laissé Elizabeth au Baltimore Hotel.

Mark Hansen

Le nom d’Hansen était sur la couverture du carnet d’adresse envoyé à l’Examiner. Personne ne sait pas comment l’objet s’est retrouvé dans les affaires d’Elizabeth. Hansen, un danois de 55 ans, était le manager du club de nuit burlesque, « Florentine Gardens », à Hollywood. La jeune femme fut l’une de ses pensionnaires pendant plusieurs mois en 1946. Selon les rumeurs, il aurait tenté à plusieurs reprise de coucher avec elle, mais elle aurait toujours refusé.

George Hodel

En 2003, un policier à la retraite, Steve Hodel, publia un livre dénonçant son père pour le meurtre du Black Dahlia. A l’inverse du livre de Janice Knowlton, ce livre-ci devint vite un best-seller. Après la mort de son père en 1999, Steve Hodel hérita des albums photos de son père, dans lesquels se trouvaient deux photos d’une femme aux cheveux noir qu’Hodel prétend être Elizabeth Short. Mais la famille Short a réfuté cette revendication.

Jack Anderson Wilson

Dans "Severed: The True Story of the Black Dahlia Murder," l’écrivain John Gilmore pointe du doigt un alcoolique, Jack Anderson Wilson. Lorsque Gilmore l’a interrogé dans les années 80, Wilson lui aurait confié des détails sur le meurtre que seul le tueur aurait pu connaitre. Quelques jours avant son arrestation, Wilson mourut dans l’incendie de son hôtel. Néanmoins, la validité du livre fut remise en question par les fanatiques de l’affaire du Black Dahlia, incapables de retrouver les sources citées par Gilmore.

Dr. Walter Alonzo Bayley

En 1997, un journaliste du Los Angeles Times, Larry Harnisch, suggère un autre suspect, le Dr. Walter Alonzo Bayley, un chirurgien dont le domicile était situé à un pâté de maisons du terrain vague où a été retrouvé le corps d’Elizabeth. La fille de Bayley  était une amie de la sœur d’Elizabeth, Virginia. Harnisch pense que Bayley souffrait d’une maladie dégénérative du cerveau qui lui aurait fait tuer la jeune femme. Cependant, Bayley était âgé de 67 ans au moment du meurtre et n’avait pas un passé violent. On ne sait pas non plus s’il a jamais rencontré Elizabeth.

Aucun de ces suspects n’a été pris au sérieux par la police de Los Angeles. Et la plupart des preuves ayant disparues du dossier, dont 13 lettres envoyées par le tueur à la police et aux médias, il est très peu probable que l’affaire soit résolue un jour. C’est ce qu’a déclaré le détective Brian Carr, qui a hérité du dossier en 1996.

**********

Rest In Peace

Elizabeth Short fut enterrée au Mountain View Cemetery d’Oakland lors d’une petite cérémonie où seuls six membres de la famille et une poignée de policiers étaient présents.

Sur sa pierre tombale sont gravés les mots suivant : « Daughter, Elizabeth Short, July 29, 1924 – January 15, 1947. »

**********

Bibliographie

Broeske, Pat. "Dark moment in the harsh Hollywood sun," New York Times, February 5, 2006.

Ellroy. James. The Black Dahlia. Warner Books. 1987.

Gilmore, John. Severed: The True Story of the Black Dahlia Murder. Amok Books, 2003.

Harnisch, Larry. "A slaying cloaked in mystery and myths," Los Angeles Times, January 6, 1997.

Hodel, Steve. Black Dahlia Avenger: The True Story. Arcade Publishing, 2003.

Lemons, Stephen. "Black Dahlia Backlash: Family members take Hodel's 'Avenger' to task," LA Weekly, July 10, 2003.

Los Angeles Times. "Father Located Here," January 18, 1947.

Los Angeles Times. "’Black Dahlia's' love life traced in search for her fiendish murderer," January 18, 1947.

Los Angeles Times. "'Dahlia clues fail; inquest conducted," January 23, 1947.

Los Angeles Times. "New clues in 'Dahlia' killing her purse and shoe found in dump," January 26, 1947.

Los Angeles Times. "Elizabeth Short case slayer baffles police," January 31, 1947.

Los Angeles Times. "'Black Dahlia' case plagues detective," November 22, 1951.

Pacios, Mary. Childhood Shadows: The Hidden Story of the Black Dahlia Murder. 1st Books Library. 1999.

Teetor, Paul. "The most credible story every told?" Los Angeles Times, November 21, 2004.

Documentaire vidéo: The Black Dahlia: Case Reopened. Film Garden Entertainment. 1999.

**********

Sources

trutv.com

wikipedia

Ecrit par Elixir88 

Le Dahlia Noir dans AHS

Le « Black Dahlia » est au centre de l’épisode 109 d’American Horror Story.

Elizabeth Short était une belle jeune femme originaire de Boston, avec le un rêve : se faire une carrière à Hollywood. En 1947, à Los Angeles, elle rend visite à un dentiste, Dr. David Curran, qui travaille chez lui, dans la « Murder House ». A court d’argent, Elizabeth séduit Curran en échange d’un travail dentaire gratuit. Curran lui fait respirer de l’azote. Les effets du gaz se faisant sentir, le dentiste profite du corps de la belle. Son affaire faite, Curran lui enlève le masque l’alimentant en azote et tente de la réveiller, mais sans succès. Elle a fait une overdose fatale. Paniqué, Curran traine son corps au sous-sol de sa maison où Charles Montgomery le confronte. Prétendant être un chirurgien de renommée mondiale, Charles propose à Curran de l’assister.

Curran découvre alors que le chirurgien fou a empiré la situation en mutilant le corps d’Elizabeth. Charles a coupé son corps en deux à la taille, et lui a sculpté un nouveau sourire. Il proclame que c’était son devoir en tant que chirurgien et que Curran aura désormais plus de faciliter à transporter Elizabeth. Curran dépose le corps dans un terrain vague de Los Angeles. Ses restes y sont découverts par une femme se promenant avec sa petite fille.

En tant que fantôme, Elizabeth est désorientée et confuse. Elle n’a pas réalisé qu’elle était un fantôme, jusqu’à ce qu’Hayden lui parle de sa légende en tant que « Black Dahlia ». Elle est toujours séductrice, et essaie de séduire Ben afin qu’il lui offre une séance de diagnostic et de traitement psychologique gratuite.

Elle fait également une rapide apparition dans l’épisode finale de la saison 1, sectionnée sur une table, pour effrayer Miguel Ramos et le faire partir de la maison.

**********

Malgrès une ressemblance physique remarquable entre la Dahlia d’AHS (jouée par Mena Suvari) et celle ayant réellement existé, Ryan Murphy a pris de grandes libertés artistique sur les circonstances de sa mort. Dans la série, Elizabeth Short meurt d’une overdose d’azote pendant une opération dentaire. Bien que la vraie Elizabeth souffrait également de problèmes dentaires, c’est une hémorragie interne massive, due aux coups qu’elle a reçu à la tête, qui a causé sa mort. La version de Murphy présente également des mœurs plus légères.

**********

Extrait de l’interview de Ryan Murphy pour EW.com, en novembre 2011

Pourquoi avoir impliqué le Black Dahlia dans cet épisode ?

J’ai grandi et il y avait une « murder house » dans ma ville. Je pense que toute ville a sa « murder house ». J’ai toujours était intéressé par les crimes non-résolus de Los Angeles. J’ai participé à ces tours. Je me suis rendu à l’endroit où le Black Dahlia a été découvert et je me suis rendu dans la maison où on dit qu’elle s’est faite tuée, sur Franklin Avenue à L.A. Ce qui m’a fasciné dans cette affaire, c’est que plus de 60 personnes ont prétendu avoir perpétré ce crime. J’ai toujours été fasciné par cette idée dans notre culture d’être prêt à tout pour la célébrité. Une fois que j’ai commencé à faire des recherches sur le Black Dahlia pour cet épisode, cela faisait sens pour moi qu’elle soit tuée dans cette maison et je voulais explorer les années 40. Le Black Dahlia revient. Le truc intéressant avec cette maison, c’est qu’elle fait revenir les secrets de ses occupants, les esprits et les leçons quand ils ont besoin de les connaître. Dans un prochain épisode, quelqu’un demande « Pourquoi apparais-tu maintenant ? », et il continue « Parce que tu étais prêt ». La demeure sait triturer vos faiblesses. Ainsi, pour Ben qui est accro au sexe, c’est le premier épisode où il se bat véritablement contre son addiction. Et le Black Dahlia aurait également eu des problèmes d’addiction sexuelle […]. Vraiment, elle est là pour informer [le spectateur] de l’histoire de Ben, mais elle revient.

**********

Sources

AHS-wikiaInquisitr.comEW.com

Ecrit par Elixir88 
Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne FX Networks

906 : Episode 100 (inédit)
Mercredi 23 octobre à 22:00

Logo de la chaîne Canal+ Séries

906 : Episode 100 (inédit)
Vendredi 25 octobre à 22:55

Logo de la chaîne FX Networks

907 : The Lady in White (inédit)
Mercredi 30 octobre à 22:00

Logo de la chaîne Canal+ Séries

907 : The Lady in White (inédit)
Vendredi 1 novembre à 22:55

Logo de la chaîne FX Networks

908 : Rest in Pieces (inédit)
Mercredi 6 novembre à 22:00

Logo de la chaîne Canal+ Séries

908 : Rest in Pieces (inédit)
Vendredi 8 novembre à 22:55

Logo de la chaîne FX Networks

909 : S09E09 (inédit)
Mercredi 13 novembre à 22:00

Logo de la chaîne Canal+ Séries

909 : S09E09 (inédit)
Vendredi 15 novembre à 22:55

Logo de la chaîne FX Networks

910 : S09E10 (inédit)
Mercredi 20 novembre à 22:00

Dernières audiences
Logo de la chaîne FX Networks

905 : Red Dawn (inédit)
Mercredi 16 octobre à 22:00
1.09m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne FX Networks

904 : True Killers (inédit)
Mercredi 9 octobre à 22:00
1.29m / 0.6% (18-49)

Logo de la chaîne FX Networks

903 : Slashdance (inédit)
Mercredi 2 octobre à 22:00
1.34m / 0.6% (18-49)

Logo de la chaîne FX Networks

902 : Mr. Jingles (inédit)
Mercredi 25 septembre à 22:00
1.49m / 0.7% (18-49)

Logo de la chaîne FX Networks

901 : Camp Redwood (inédit)
Mercredi 18 septembre à 22:00
2.13m / 1.0% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Taissa Farmiga dans une nouvelle série d'horreur!

Taissa Farmiga dans une nouvelle série d'horreur!
La plateforme Quibi a donné son feu vert pour la série d'horreur 50 States of Fright, créée et...

Calendrier d'octobre

Calendrier d'octobre
Avez-vous vu le calendrier d'octobre 2019 spécialement réalisé par quimper pour le quartier ? >> Le...

Calendrier de septembre

Calendrier de septembre
Un grand merci à quimper qui a réalisé le calendrier du mois de septembre ! Vous pouvez le voir en...

Nouveau design

Nouveau design
On fête l'arrivée de la nouvelle saison ce soir avec un design 100% "1984" signé serieserie ! Nous...

Plongez-vous dès ce soir en 1984 avec la saison 9!

Plongez-vous dès ce soir en 1984 avec la saison 9!
Intitulée 1984, la 9e saison de American Horror Story arrive aujourd'hui, 18 septembre, sur...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, Avant-hier à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Aujourd'hui à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site